L'hétérosexualité samoane est une performance chrétienne pour l'honte-temps grégorien

L’hétérosexualité samoane est une performance chrétienne pour l’honte-temps grégorien / Sāmoan heterosexuality is a Church performance for Gregorian shame-time (2019)

Cette performance comprend cinq gestes (de l’eau salée sur les mains comme vénération ancestrale, les averses dorées sur les épaules et le torse comme soin, la poitrine et les bras couverts de lignées de chair comme parenté choisie, le massage des mains attentif comme guérison des traumatismes, l’affirmation du souffle partagé comme existence au-delà des tabous occidentaux). Ces gestes font référence au désir et au plaisir autochtone non-hétéronormatif au sein de la cérémonie précoloniale Pōula de l’archipel des Samoa, dépassant la douleur chrétienne qui agit comme un miroir au soi autochtone dans tous les territoires colonisés. S’inspirant de la forme architecturale faletele, une demi-ovale de bols est activée avec les différentes eaux durant la performance. Enregistrement vidéo de la performance réalisée par asinnajaq et Dayna Danger.

This performance consists of five gestures (saltwater on hands as ancestral veneration, golden showers on shoulders and chest as care, cumlined chest and arms as chosen kinship, intentional hand massage as healing traumas, shared breath affirmation as living beyond Western taboos). These allude to non-heteronormative Indigenous desire and pleasure in the precolonial Pōula ceremony from the Sāmoan archipelago, beyond Christian pain as a mirror to Indigenous self in all colonized territories. Drawing on the faletele architectural form, a half-oval of bowls is activated with the different waters during the performance. Video documentation of the performance realized by asinnajaq and Dayna Danger.

CI-DESSUS, CAPTURES DE LA VIDÉO | STILL IMAGES ABOVE FROM THE VIDEO.

For Whom Masculinities Matter, curated by gijiit collective (Lindsay Nixon and Adrienne Huard)

11 juillet-29 septembre 2019, Centre Never Apart, Montréal